Innovation

Le FORUM de l’Eurométropole continue sur sa lancée citoyenne et participative

A peine entré dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nord de France, ce vendredi 21 octobre 2016, on entend déjà la douce clameur des discussions qui vont bon train, quelques mètres plus loin. Il y a des rires, des exclamations, des monologues passionnés. L’envie et la motivation sont palpables dans l’air. Mais que font-ils tous là ?

Vers davantage d'ouverture et de dialogue
Ils se sont donnés rendez-vous pour la deuxième plénière ouverte du FORUM de l’Eurométropole. Après une première expérience concluante en juin dernier, la dynamique continue avec l’ambition d’ouvrir le Forum à l’ensemble des publics et d’aller encore plus loin avec les participants venus nombreux. Il y a là des membres du FORUM de l’Eurométropole, bien sûr, mais pas que. On trouve aussi des citoyens, venus armés de détermination ou d’une foi sans faille dans les pratiques participatives. « J’apprécie de pouvoir partager mes idées, d’être actrice de l’action, de pouvoir faire bouger les lignes », explique une participante. Car il s’agit bien de cela : sortir des sentiers battus.

Dans l’espace presque sacré du Forum ouvert, les titres, les fonctions et les hiérarchies n’existent plus. Que ce soient les timides cachés au fond de la salle, les assidus du premier rang ou les retardataires gênés, peu importe : chacun a le même droit à la parole, chacun a la même richesse potentielle. Dès le départ, d’ailleurs, c’est l’assemblée toute entière qui décide des thématiques qui vont être discutées comme c’était le cas lors du 3e Hack the Eurometropolis. Les sujets sont tellement nombreux (plus d’une quinzaine) que le temps d’échange doit même être réparti en deux sessions, afin de pouvoir tous les aborder. Les tables s’organisent autour des thématiques (transport, langues, marketing territorial, patrimoine, etc.), les participants se concentrent sur leur(s) thème(s) de prédilection et le travail débute.

Les abeilles, les papillons & les autres
Commence alors ce qu’on appelle la « pollinisation croisée ». C’est le principe au cœur de la logique du Forum ouvert, où chacun « contamine » les autres avec ses idées pour générer ensemble de nouvelles choses. Plusieurs profils se distinguent autour des tables de discussions : il y a d’abord les lanceurs d’idées, passeurs de témoins de leur table chargés de noter et résumer les débats sur une feuille récapitulative qui servira plus tard de mémo. On distingue aussi les « abeilles » - elles butinent de table en table en apportant leur contribution et en enrichissant le dialogue, fourmillant d’idées. Et puis il y a les « papillons », ces personnes qui restent debout près du buffet, un verre à la main, et qui échangent déjà avec leurs interlocuteurs un contact, qui griffonnent une idée sur une feuille de papier ou prennent note d’un numéro de téléphone. Et qu’importe le profil ou le mode opératoire : tous les participants contribuent à la réussite et l’efficacité du forum ouvert.

Pour encore plus d’échanges, les participants affichent ensuite au mur la fiche récapitulative de leur table, avant de se réunir en un grand cercle où un retour oral est fait sur chaque sujet. L’objectif : que chacun ait le même niveau d’information et puisse nourrir les débats. La suite est toujours participative : à l’aide de gommettes, chacun vote pour les sujets ou les idées qui lui ont le plus plu, avec la possibilité de choisir un gros coup de cœur. Au final, un top 3 des sujets plébiscités est réalisé (retrouvez ICI le contenu des fiches & les coups de coeur).

Pas à pas, petit à petit, la logique participative ouvre la porte vers davantage de dialogue. Si les résultats peuvent ne pas être directement visibles, il faut garder en tête que le changement est une affaire de temps et d’énergie qui demandent de la patience et de la motivation. Citoyens sous toutes ses formes, le Forum a besoin de votre voix ! 

Des Hack, des forums ouverts, il y en aura d’autres ; mais ce n’est qu’en permettant au phénomène de prendre de l’ampleur et en continuant à nourrir les discussions que la transition pourra réellement s’effectuer. Mais une transition vers quoi ? Tout est possible. Les bonnes idées de demain ne sont peut-être pas encore nées.